Transition écologique et quartiers populaires. Construire la gouvernance alimentaire territoriale locale

Transition écologique et quartiers populaires. Construire la gouvernance alimentaire territoriale locale : sols, mobilisations populaires et expérimentations

Journées d’études

Roubaix, 15 et 16 octobre 2020.

 

Les journées d’études ont vocation à interroger les conditions de construction d’expérimentations locales de transition écologique, à partir des pratiques de gouvernance alimentaire territoriale de proximité (jardins partagés, fermes urbaines…) qui s’appuient sur une combinaison d’activité (pédagogique, culturelle, sociale, alimentaire…). Elles visent à saisir les possibilités d’une démocratisation de ces expérimentations, afin de participer au renforcement du pouvoir d’agir des fractions les plus précarisées de la population et concourir ainsi à la constitution d’une transition écologique populaire. Les journées d’études seront l’occasion de croiser les réflexions disciplinaires, notamment en sciences du vivant (écologie des sols, évaluation de la productivité agricole urbaine…) et des sciences humaines et sociales (dimensions de gouvernance alimentaire, inclusions des populations locales, etc.). Trois axes (La résilience des sols : Enjeux écologiques conséquences sociales, Gouvernance alimentaire territoriale et Mobilisations sociales-écologiques. La transition vue d’en bas) structureront les journées.

Télécharger l’appel à contribution

Appel à contributions

La transition est devenue une orientation centrale des politiques publiques, notamment en matière d’environnement (en particulier sous le volet énergétique et alimentaire) et de développement des territoires locaux. Plusieurs acceptions de la transition sont possibles (Grandjean, Le Teno, Boulanger, 2015, pp. 1006-­‐1015). Mais comment transitionner ? Une importante littérature scientifique est consacrée aux conditions de transformation socio‐techniques des espaces urbains. Elles travaillent à la promotion des éco-­quartiers ou aux innovations techniques favorables à la transformation des pratiques sociales (habitat, mobilité, énergie, alimentation, etc.), sur les dispositifs institutionnels qui organisent et encadrent ces transformations (Charlot-­‐Valdieu, Outrequin, 2014 ; Zélem, Beslay, 2015) ou sur les dimensions participatives (Mermet, 2015). Il convient cependant de prendre la mesure de ces discours performatifs (Villalba, Lejeune, 2015 ; Boissonade, 2015).

Par ailleurs, de nombreuses expérimentations locales de transition écologique s’étoffent d’année en année, notamment à partir des expériences de jardins partagés (Sasché, 2020) ou de fermes urbaines (Aubry, 2014, pp. 35-­49). Elles visent à adapter les politiques de la ville aux contraintes écologiques (climat et biodiversité). Elles ont aussi comme objectif de construire une transition du territoire adaptée aux besoins exprimés par les populations « ordinaires » concernées (Blanc, 2019), en mettant l’accent sur les conditions de leur autonomie. Ces expérimentations s’appuient généralement sur une combinaison d’activités (pédagogique, culturelle, sociale, alimentaire…) (Daniel, 2017) qui détermine sa viabilité. La recherche d’un modèle économique pérenne est aussi une thématique transversale et spécifique à chaque projet (Greenlop, 2013).

Les journées d’études ont vocation à interroger les conditions d’une démocratisation de ces expérimentations, afin de participer au renforcement du pouvoir d’agir des fractions les plus précarisées de la population et concourir ainsi à la constitution d’une transition écologique populaire.

La conciliation des objectifs de durabilité sociaux et environnementaux devra être interrogée à partir d’expérimentations in situ (Frémeaux et al., 2014). Il s’agira de questionner les conditions d’une transition qui tienne compte de trois dimensions cumulées :

  1. en premier lieu, l’adaptation au dérèglement climatique et à l’effondrement de la biodiversité ;
  2. en deuxième lieu, les conditions de production de modalités de coopération entre les acteurs institutionnels, associatifs et les habitants (économie circulaire, activités socialement utiles…) ;
  3. en troisième lieu, de participer à une réduction des inégalités sociales sur le territoire, en valorisant les savoir‐faire des habitants, dans le cadre de la promotion de logiques d’entraide.

Les propositions devront être appuyées sur une étude située, confrontée aux enjeux transversaux écologiques/sociaux. L’approche comparée est bienvenue (Hébert, 2015), à condition de renforcer les conditions d’une éventuelle transférabilité des résultats obtenus, dès lors que les enjeux sociaux et écologiques restent conjoints (Jollivet, 2015).

Les journées d’études seront l’occasion de croiser les réflexions disciplinaires, notamment en sciences du vivant (écologie des sols, évaluation de la productivité agricole urbaine…) et des sciences humaines et sociales (dimensions de gouvernance alimentaire, inclusions des populations locales, etc.). Trois axes structureront ces journées.

  1. Le premier interroge les conditions de résilience des sols, afin de permettre l’émergence et la constitution de projets territoriaux (réhabilitation de friche, fermes urbaines…). L’enjeu alimentaire suppose de revenir au sol, afin d’évaluer sa capacité à accueillir et structurer un projet d’approvisionnement urbain.
  2. Le deuxième questionne les conditions de production d’une gouvernance alimentaire territoriale locale, en insistant sur la constitution de dispositifs ouverts et inclusifs, permettant une confrontation des acteurs sociaux, politiques et de recherche. Les questionnements pourront ainsi présenter des résultats de sciences participatives.
  3. Enfin, le troisième axe sonde les conditions d’élaboration de dispositifs participatifs inclusifs, permettant une rencontre entre mobilisations populaires et incorporation des enjeux écologiques.

Télécharger l’appel à contribution pour plus d’informations sur les trois axes.

Modalités de soumission

Nous invitons des propositions issues des sciences humaines et sociales (sociologie, science politique, géographie, études urbaines, etc.) et des sciences de la géo-­ingénierie, proposant une réflexion reposant sur un matériau empirique ou théorique original. Merci de justifier l’axe privilégié. Les travaux de doctorant.es seront particulièrement étudiés. Les propositions de communication, de 5.000 signes maximum, préciseront l’axe dans lequel elles s’inscrivent. Elles devront être envoyées avant le 7 juillet 2020 :

bruno.villalba@agroparistech.fr

Comités d’organisation :

  • Vincent Boutry (Université Populaire et citoyenne de Roubaix)
  • Francis Douay (Maître de conférences, LGCgE-­Yncréa Hauts‐de-‐France)
  • Bernard Declève (ingénieur-­architecte et urbaniste, professeur titulaire à l’Université catholique de Louvain, Belgique) Tiers veilleur ;
  • Alexandre Mege-­Revil (Maître de conférences, Laboratoire de Mécanique, Multiphysique, Multiéchelle (LaMcube) UMR CNRS 9013, Central Lille)
  • Julien Talpin (chercheur science politique, Ceraps, Université de Lille)
  • Amina Tandjaoui (Maître de conférences, Laboratoire de Mécanique, Multiphysique, Multiéchelle (LaMcube), UMR CNRS 9013, Centrale Lille)
  • Bruno Villalba (Professeur de science politique, AgroParisTech)
  • Pierre Wolf (Collectif des paysans du Trichon)

Comité scientifique

  • Tom Bauler, professeur, Chaire Environnement&Economie, Université Libre de Bruxelles, Centre d’Etudes du Développement Durable.
  • Nathalie Blanc, Directrice de recherche au CNRS, Directrice du Centre des Politiques de la Terre, Laboratoire LADYSS.
  • Jérôme Boissonade, Sociologue, Université du Littoral Côte d’Opale (ULCO).
  • Dominique Bourg, philosophe, Prof. Honoraire, Université de Lausanne (UNIL), IGD/FGSE.
  • Luc Carton, Philosophe, Vice-­‐Président de l’Observatoire de la diversité et des droits culturels de Fribourg, Chercheur associé auprès de l’association Marcel Hicter pour la démocratie culturelle.
  • Sandrine Glatron, Directrice de recherche CNRS, Directrice de la ZAEU, Dynamiques Européennes, CNRS/Unistra, Strasbourg.
  • Caroline Lejeune, Maître assistante, science politique, Université de Lausanne Faculté des géosciences et de l’environnement, Lausanne.

En collaboration avec des acteurs associatifs du Trichon (coopérative Baraka, groupement d’acheteurs solidaire El’Cagette, L’association Collectif des paysans urbains du Trichon, groupe d’habitat partagé « Autrement qu’ainsi »…), des collectivités locales (Mairie de Roubaix, Métropole européenne de Lille) et des acteurs du territoire (Partenord, SEM…).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.