Comment s’orienter dans la transition ?

La première séance du séminaire a eu lieu le vendredi 23 mars 2018, autour de la question :

Comment s’orienter dans la transition ?

Jacques Theys, politologue, président de l’association Serge Antoine, ancien responsable du service prospective au ministère de l’environnement et du développement durable, pour un exposé intitulé : « Quatre conceptions de la transition et leurs conséquences politiques et scientifiques »
  • Dernier article paru : « Prospective et recherche pour les politiques publiques en phase de transition », Natures, Sciences, Sociétés, supplément au vol. 25, septembre 2017 : Pour une recherche en appui à l’action publique : leçons de l’expérience du ministère de l’environnement (1990-2016), pp. 84-92.
Céline Granjou, directrice de recherche en sociologie au Laboratoire ÉcoSystèmes et Sociétés En Montagne (LESSEM) de l’Irstéa Grenoble, pour un exposé intitulé : « Politiques de l’anticipation environnementale : la fabrique des futurs »
  • Dernier ouvrage paru, Sociologie des changements environnementaux, Futurs de la nature, ISTE, 2016.
Francis Chateauraynaud, directeur d’étude à l’EHESS, directeur du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive, pour un exposé intitulé : « Le futur a encore besoin de nous ! Batailles (ar)rangées autour des ouvertures d’avenir ».

>>>>Télécharger le compte rendu du séminaire (texte des interventions et discussion)

Présentation de la séance

La notion de transition écologique, qui a progressivement supplanté celle de développement durable, exprime la nécessité d’adapter nos économies et nos sociétés (modes de vie, action publique, démocratie…) au respect des limites de la biosphère. Maiscette première vision, plus normative que descriptive, ne nous dit pas comment s’orienter dans la transition. Elle ne nous renseigne pas sur l’entrecroisement de changements multiples en période de fortes incertitudes,sur les dynamiques entrelaçant des processus aux échelles et aux temporalités multiples, sur lacomplexité inédite qui ouvre simultanément des questions techniques, scientifiques, économiques, politiques, sociales, éthiques. Elle ne témoignepas de la pluralité des mouvements (mouvement des villes en transition, décroissance, locavores, slow cities, buen vivir,etc.), de la multiplicité des expérimentations citoyennes (que le programme Cit’in entend plus spécifiquement étudier) et de la variété des politiques publiques qui se réclament de l’action pour la transition écologique. Il convient dès lors d’interroger les différentes conceptions de la transition, la diversité des points de vue des acteurs qui portent la notion, de distinguer les cadres théoriques à son origine, de préciser les clivages entre les différentes écoles de pensée. Deux questions retiendront plus spécifiquement cette première séance du séminaire.

En premier lieu, les diverses conceptions de la transition ont des implications politiques et scientifiques différentesqu’il convient d’interroger. Pour l’élaboration des politiques publiques, les diverses conceptions mobilisent différemment la prise en compte des possibles, les irréversibilités écologiques et les limites planétaires, les temporalités de l’action, la définition des objectifs et l’appréhension des conditions pour les atteindre dans les contraintes de temps définies,les forums de délibération démocratique sur le choix des chemins à emprunter… Elles appellent destypes de recherches assez différentes, dans lesquelles la veille et la prospective,l’analyse des conséquences des mutations en cours, la compréhension des dynamiques, des conditions et effets des actions à mettre en œuvre, l’évaluation des capacités d’adaptation ou de résilience, l’analyse des effets de seuil et des risques de ruptures, des incertitudes, n’occupent pas la même place.

En second lieu, chaque conception de la transition porte une façon d’entrer dans le futur, de le catégoriser, endosse une fonction performative et de cadrage des futurs, qu’il convient de questionneren se demandant d’abord en quoi la fabrique des futurs participe-t-elle à la transition écologique ? Les diverses conceptions de la transition n’agencent pas de la même manière les différents pôles de la fabrique des futurs : la prospective, l’innovation technoscientifique, les expérimentations citoyennes d’autres alternatives, les irruptions et inventions diverses de la nature elle-même. Or ces agencements définissent diverses manières d’expérimenter le futur et de le penser comme levier de configuration du présent, différents régimes d’anticipation contraignant l’action ou ouvrant au contraire notre pouvoir d’agir. Il s’agit alors de revisiter la prolifération des futurs dans notre présent, de questionner la façon de fabriquer les futurs, de les pluraliser et d’ouvrir les trajectoires d’avenir, d’interroger les cadrages dominants, parfois implicites, qui viennent limiter notre capacité à penser des trajectoires alternatives, de prendre en compte les résistances et contre-visions qui leur sont opposées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.